Sur du rien – Delphine Navez, Claire Lavendhomme

Delphine Navez - Sur du rien

Delphine Navez – Claire Lavendhomme – Sur du rien

 

Avec « Sur du rien », Delphine Navez met en scène, une fois encore, l’objet photographique. Pour cette exposition, montée avec son amie et complice, l’artiste-plasticienne Claire Lavendhomme, la photographe présente une série de mouchoirs anciens au creux desquels apparaît l’empreinte de ses tirages, des monochromes hautement contrastés, portraits de vivants et de morts, groupes, paysages, textes.

Esquissées, comme délavées, les images de Delphine Navez sont des suaires : elles épongent le quotidien. Et la légèreté de la trace n’enlève rien à la vie : ni sueur, ni poussière, ni morve, ni sang. On y sent – plus qu’on y voit – la chaleur des rires et la fraîcheur des larmes. Appelons ça l’honnêteté. Il ne sera pas question, ici, de nous offrir de quoi combler la vanité de l’existence. Les images rétablissent l’équation tragédie-comédie, apparition-disparition, et le tout flotte, sans narration imposée, donc lisible différemment par tout un chacun selon ce qu’il est au moment où il l’est.

Quant au support, apparemment anodin, s’il est aujourd’hui rangé des greniers et troué aux mites, que ne disait-il pas ! Noué en poche : ne m’oublie pas ; agité sur un quai : reviens-moi vite ; négligemment abandonné : suis-moi ; à la fenêtre : monte… Loin de sa vocation hygiénique initiale, ce mouchoir aujourd’hui négligé au profit d’un jetable dénué de tout rôle culturel, nous parle encore de disparition.

Pourtant, l’air de rien, sur du rien, les petits mouchoirs de batiste de Delphine Navez frissonnent, emportés par le mouvement et le souffle, parfois court, des visiteurs.

Laurence Baud’huin – 14.04.15

Pour plus d’informations sur le travail de Delphine : http://www.delphinenavez.be/

Et sur celui de Claire : http://clairelavendhomme.blogspot.be/

Advertisements